Navigation – Plan du site
Mémoire

Kampuchéa démocratique et crimes de genre : Analyse de l’approche des chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens vis-à-vis des violences sexospécifiques

Sandy Camlann

Résumés

Mises sur pied au début des années 2000, les chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens ont vocation à poursuivre les hauts dirigeants du Kampuchéa démocratique et les principaux responsables de violations graves du droit national et international. Les études viennent démontrer que les violences sexospécifiques étaient, contrairement à une croyance qui a pu prévaloir, plus que répandues entre 1975 et 1979. Le présent mémoire entend donc s’intéresser spécifiquement à la question du traitement, par ces chambres extraordinaires, des violences sexospécifiques recensées pendant la période dite Khmère rouge. Nécessairement influencée par des considérations multiples, l’approche des chambres vis-à-vis de cette catégorie de crimes n’en demeure pas moins critiquable, tant elle peut apparaître fragmentaire, incomplète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandy Camlann, « Kampuchéa démocratique et crimes de genre : Analyse de l’approche des chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens vis-à-vis des violences sexospécifiques », La Revue des droits de l’homme [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 22 mai 2015, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://revdh.revues.org/1165 ; DOI : 10.4000/revdh.1165

Haut de page

Auteur

Sandy Camlann

Sandy Camlann est titulaire d’un Master 2 Professionnel Droits de l’Homme de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense et étudie actuellement dans le cadre du Diplôme Universitaire Organisations et Juridictions Pénales Internationales de cette même université.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux
  • Les cahiers de Revues.org